alternative

Pandappetit !, les premiers pas dans l'entreprenariat

Ce projet, qui restera à jamais gravé dans ma mémoire, est mon premier pas dans le monde informatique et entrepreneurial. Il se passe en deux temps. Tout d'abord l'euphorie et la motivation. Puis l'échec, suite à de mauvaises décisions.

Extrait de l'article de presse du Bien Public, le premier à nous mettre en lumière :

« Lorsque j’étais étudiant au Creusot, ma chambre devait faire 10 m², dans laquelle il y avait un minuscule réfrigérateur. Franchement, j’avais autre chose à penser que de cuisiner. Et puis, vous savez, les plats cuisinés, ça va bien cinq minutes. Mais, dans un coin de ma tête, je savais qu’il fallait faire attention, pour éviter l’obésité… », résume David Guia, 26 ans, l’un des deux cofondateurs du projet.

Pourtant, le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) propose des repas variés et équilibrés à un prix modique. Il n’empêche, l’idée de créer cette web-application s’est imposée peu à peu. Une opportunité de mettre également en pratique les enseignements dispensés plusieurs années durant.

Mais si le jeune homme avait les compétences managériales et numériques, il lui fallait les recettes. Car, il l’avoue volontiers, ce n’est pas son point fort. Pour développer ce projet, il a ainsi fait appel à Shafana Cassime, une étudiante dijonnaise repérée sur les médias sociaux. « Je salivais lorsque je regardais les photographies de ses plats », commente le jeune homme.

La web-application a été lancée à la fin du mois de mai. Pourquoi le nom PandAppetit ? L’explication est à la fois simple et originale. « Nous avons trouvé plusieurs corrélations entre un étudiant et un panda. Celui-ci dort, mange, se fatigue et mange vite. Il se nourrit de peu de viande et d’un peu de poisson », poursuit-il.

Budget serré

Les fruits et les légumes sont d’ailleurs les ingrédients principaux des recettes proposées. « Mon budget pour les courses est de 15 € par semaine. Outre les fruits et les légumes, j’utilise des produits que l’on a tous dans nos placards. Nous avons calculé une fois avec David. Le coût d’un repas s’élève à 2 ou 3 € », confie Shafana Cassime. Pour concocter ses plats, l’étudiante se promène sur les marchés, consulte des sites Internet spécialisés et effectue de nombreux tests. Les commentaires des visiteurs de la web-application sont également pris en compte. Ils sont aujourd’hui près de quatre mille à s’y connecter régulièrement. « Les internautes viennent du monde entier. On le voit grâce à nos statistiques. Nous avons donc traduit certaines recettes en anglais », souligne David Guia.

Le projet est amené à se développer. Des entreprises, telles des épiceries fines, se sont d’ailleurs déjà manifestées afin que certaines recettes soient réalisées à partir de leurs produits. Une chose est sûre, et même si le modèle économique reste encore à trouver, l’application restera gratuite pour les étudiants. « Notre segment reste les étudiants », commente ainsi David Guia. De son côté, Shafana continue d’avancer et proposera de nouvelles recettes pour cette rentrée. Son choix s’est d’ailleurs porté sur des lunch box. « Ça change des traditionnels sandwiches au jambon. On pourra l’emporter à la faculté ou au bureau », explique-t-elle.

Voici des articles de presse : RTL, Maddyness

alternative
alternative

Suite à ce succès d'estime, Padappetit ! a eu de grandes ambitions suite à l'arrivé d'un investisseur chevronné qui n'a eu d'autre effet que de casser la cohésion du projet en ayant un management toxique

Par la suite, nous n'avons eu d'autre choix que de vendre le projet à un autre investisseur, qui n'a par la suite, pas su faire avancer l'initiative.

En mars 2015, nous annonçons la mort de Pandappetit !

Conseil de professionnel : n'attendez pas pour vous lancer

La crise sanitaire de 2020 à changée la donne du numérique et à accélérer la digitalisation de nombreux secteurs.
Nous vivons aujourd’hui dans un monde connecté où la survie des entreprises est définie par leur capacité à se démarquer aussi bien sur le web que dans leurs boutiques. Mais alors que les grandes entreprises disposent d’importants moyens marketing pour accéder aux dernières technologies, les particuliers, les auto-entrepreneurs, les petites et moyennes entreprises sont à la peines.
Aujourd'hui, il ne faut plus perdre de temps. Si vous avez une idée ou un projet : contactez-moi

Il ne faut pas omettre que la réussite vient avant tout de votre motivation et de vos qualités propres. Si je suis engagé auprès de vous, je vais être votre bras droit, mais le mérite revient à votre capacité à vous dépasser : n'oubliez jamais que VOUS êtes le moteur de votre succès. Alors n'attendez plus !

Accueil